Architecture d'intérieur

Le métier d'Architecte d'intérieur

Source : Union Nationale des Architectes d'Intérieur, Designers ( UNAID )

« L’architecte d’intérieur imagine un cadre de vie, de travail, d’accueil. Il écoute, conçoit et organise tout ce qui concourt au bien-être et au plaisir quotidien dans des lieux fonctionnels aux ambiances harmonieuses. Artiste, technicien, gestionnaire, il est l’interlocuteur unique des projets, depuis les plus simples (meubles, déco) jusqu’aux plus ambitieux. »
L'architecte d'intérieur exerce son art depuis l'élaboration et l'agencement des volumes d'un bâtiment jusqu'à la mise en scène des objets qui vont faire la qualité, la cohérence et le plaisir d'évoluer dans un espace accordé au plus juste des besoins comme des goûts de ses clients. Son métier s'articule autour de trois grands pôles de compétences.

Ecouter

L'écoute est primordiale. Ca commence avec le recueil des attentes exprimées par les clients. Il faut comprendre et traduire ces données, le plus souvent informelles, pour mettre les besoins qui en découlent au regard du possible.
L'étude de faisabilité nécessite ensuite l'écoute du lieu, tant dans ses caractéristiques techniques et fonctionnelles que dans ses dimensions esthétiques et symboliques
La compatibilité des exigences avec l'enveloppe financière est le dernier terme de l'équation posée par le client.
C'est la synthèse de tous ces éléments qui permet de définir un programme réaliste et satisfaisant. L'art de l'Architecte d'Intérieur est, plus que tout autre dans cette phase, fondé sur des capacités de communication et d'intégration.
La validation du cahier des charges par le client déclenche la deuxième étape de la mission et définit son contenu.

Concevoir

Toutes ces données, générales et particulières, sont alors combinées dans la mise en forme d'un projet qui, de la première esquisse au projet définitif, va progressivement préciser les contours puis les détails de la réalisation à venir.
Les moyens employés sont ici d'abord graphiques : depuis le simple crayonné jusqu'à l'image de synthèse, le seul critère de pertinence est la capacité à "faire voir" ce qui n'est pas encore et à en expliquer les raisons et le sens.
C'est à ce stade que la part artistique du métier est la plus avérée, tant dans la création du projet lui-même que dans la capacité de le représenter et de le transmettre.
Cette communication vers le client qui va "vivre dedans" se double de la mise en place des documents destinés aux entreprises qui vont réaliser.
Les plans codifiés, les descriptifs, les contrats sont autant de balises qui encadrent au plus juste la marche à suivre et garantissent la conformité du résultat au projet validé.

Organiser

Dès la phase de conception l'architecte d'intérieur s'est souvent adjoint les compétences de divers spécialistes dont il a été le chef d'orchestre et, lorsque le projet le nécessite, il s'est associé avec un Architecte DPLG ou DE. Il a ensuite mené la consultation des entreprises pour aboutir à la passation des marchés. Quand les travaux débutent, il devient le maître d'œuvre de l'opération. Il planifie et coordonne l'intervention des entrepreneurs, contrôle régulièrement la conformité des ouvrages dont il doit garantir la qualité et rend compte au Maître d'ouvrage – le client – de l'avancement du chantier.
Il est aussi le gestionnaire financier de l'opération qu'il pilote et doit, à ce titre, cadrer les dépenses dans l'enveloppe définie par les engagements des marchés. Enfin il organise la réception des travaux et assiste son client jusqu'au parfait achèvement des ouvrages.
Homme d'idées, l'Architecte d'Intérieur est donc à parts égales un artiste et un gestionnaire qui s'engage aux côtés du Maître d'ouvrage avec une obligation de résultat. C'est en raison de cette obligation qu'il est aussi le garant, pour les entrepreneurs, de la faisabilité technique et financière des opérations dont il assure la mission d'étude et de coordination.
L'imprégnation qui précède s'est accompagnée de l'élaboration jusque là secrète d'une vision des formes, des couleurs, des matières et des lumières qui vont matérialiser la réponse au cahier des charges. A ce stade, la connaissance des contraintes réglementaires et administratives est tout aussi importante que celle de la résistance des matériaux ou des règles de composition des volumes.

Source : Union Nationale des Architectes d'Intérieur, Designers ( UNAID )


Ils m'ont fait confiance


Mon actualité